Inongo vi Makomè

PRISONNIERS VOLONTAIRES SANS SENTENCE…

Publicado 18.03.2020 en Blog | Comentarios desactivados en PRISONNIERS VOLONTAIRES SANS SENTENCE…

PRISONNIERS VOLONTAIRES SANS SENTENCE…

Il y a de cela quelques années, depuis cette ville européenne où je vis, mon imagination m’avait projeté dans un village de l’Afrique Noire. Il m’était arrivé d’imaginer une catastrophe causée par le changement climatique. Je voulais vivre auprès des miens ce drame qui était en quelque sorte le résultat de la colère de notre mère appelée la Nature. Une colère qui était due au mépris que nous humains avons à son égard. Car même si cela n’était qu’une simple imagination, ce village aurait pu être le mien. En effet, de cette imagination est née Le romand intitulé: “QUAND LE CIEL ET LA TERRE SE COMPLOTENT… », publiée par Sial/Casa África,  de Madrid.

Je voulais par le biais de cette imagination vivre et sentir avec les miens le drame, l’angoisse et la douleur que les pauvres et les faibles ont souvent l’habitude d’affronter à un moment donné de leur vie. Ces pauvres qui en d’autres termes paient toujours les erreurs ou les délits commis par les riches et les puissants hommes de notre monde. Pendant que certains habitants de MASSAKA (ce village construit à travers mon imaginaire) mouraient, d’autres tombaient gravement malades, car l’eau qui venait du ciel était totalement empoisonnée…

Les survivants inquiets optèrent pour la réclusion dans leurs maisons, et tout de suite, ils se convertirent en prisonniers de façon volontaire sans aucune sentence prononcée. Autrement dit, la durée de leur peine d’emprisonnement (volontaire et obligatoire) n’était pas déterminée. Le ciel et la terre furent pris d’une grande colère. Ils complotèrent ensemble pour leur infliger ce lourd châtiment.

Il est alors surprenant de constater qu’aujourd’hui, un fait similaire à celui que j’avais imaginé pour mon Afrique Noire natale, source de toutes les disgrâces qui, souvent peuvent être interprétées comme châtiment du Dieu du ciel ou de simples dieux, voire même des esprits et des hommes puissants ; puisse avoir lieu en ce moment en Europe.

L’Europe et l’Occident, terre de la perfection, « fils/fille » aimé(e) et préférée(e) de Dieu, est en train de vivre actuellement une situation similaire à celle de Massaka. Si pendant ces années antérieures, j’avais projeté mon imagination pour accompagner les miens à vivre et à partager l’angoisse d’un châtiment injuste de Dieu et des dieux ; aujourd’hui à Barcelone, la ville européenne où je réside, je suis en train de vivre en chair et en os une situation pareille.

Les autochtones de cette ville et du pays tout entier, de même que les immigrés comme moi sommes en train de vivre en état de réclusion. Nous nous sommes convertis du jour au lendemain en prisonniers volontaires (sans sentence dictée) dans nos domiciles respectifs. La situation est semblable à celle d’un mauvais rêve. Si à Massaka, le venin qui tombait du ciel et tuait les gens sans discrimination, était un mauvais esprit invisible aux yeux de toutes les personnes normales, mais perceptible par certains sorciers, et à travers l’appareil des blancs qu’utilisait le seul médecin du village avec son équipe, ici en Europe, leurs sorciers-médecins, à l’aide de leurs yeux spéciaux, ont aussi découvert la forme et la taille du malveillant « esprit », et l’ont nommé, coronavirus.

Ce mauvais esprit dont le nom restera à jamais gravé dans l’histoire de l’humanité est celui qui en ce moment, pas comme un rêve imaginaire, mais plutôt dans la vie réelle, contrôle maintient l’humanité toute entière, surtout l’Europe.  L’Europe, grande usine des morts, de pénuries des peuples faibles et pauvres du monde, afin de bien vivre et se renforcer davantage à travers les disgrâces des autres est en train de contempler impunément et incrédulement comment un misérable et minuscule « mauvais esprit », appelé « coronavirus » entraine dans les tombes plusieurs de ses citoyens, obligeant en même temps à endurer la « prison forcée et volontaire sans sentences à presque tous les natifs sains, tout en collapsant toutes leurs structures sociales sur tous les plans. MAM’ENYING!, (Choses de la vie).

Ce mauvais esprit appelé coronavirus, vient-il du ciel ? Est-il un châtiment des dieux de la terre ou des laboratoires des propres dieux-hommes de la terre, habitués à créer et à fabriquer ce type « d’esprits mauvais », afin de châtier les autres peuples faibles de la terre ? S’est-il passé ce que j’ai toujours cru, que  « toute injustice crée toujours un effet boomerang» ? Il est probable que nous ne le sachions pas, mais pour une, et cette fois ci, l’humanité aura-t-elle apprit quelque chose?

Inongo-vi-Makòmè

 

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies